Circulaire juillet 2021

Bouar, le 10 Juillet 2021

Chers abbés, religieux et religieuses,

Nous voilà au terme de l’année 2020-2021, une année simultanément féconde d’activités pastorales et tribulations socio-politiques, qui persistent encore dans certaines de nos paroisses (Niem, Ngaoundaye, Ndim, Bocaranga secteurs, Baboua secteurs, Bouar secteurs). En dépit de ces vicissitudes existentielles, nous avons maintes raisons pour rendre grâce au Seigneur et nous réjouir en Lui, en faisant nôtre, cette exhortation joyeuse de l’apôtre des nations : « Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire : soyez dans la joie » (Ph 4,4). Sans oublier pour autant de prier toujours pour la paix, pour tous nos frères et sœurs qui souffrent, en cherchant à leur apporter un soutien concret.

Ce que nous avons vécu

L’année pastorale 2020-2021 a débuté dans une ambiance normale, sous la grande ligne pastorale de l’auto-prise en charge. En octobre et novembre, de nombreux candidats ont reçu le sacrement de Confirmation, retardé à cause de la pandémie. La catéchèse et les différentes sessions de formation au niveau paroissial et diocésain ont bien demarré et nous avons accuelli avec grande joie l’ouverture de l’Année de Saint Joseph (8 Décembre 2020- 8 Décembre 2021) par le Pape François, le 8 décembre dernier. Voici les raisons de cette Année de Saint Joseph :

Après Marie, Mère de Dieu, aucun saint n’a occupé autant de place dans le Magistère pontifical que Joseph, son époux. Mes prédécesseurs ont approfondi le message contenu dans les quelques données transmises par les Évangiles pour mettre davantage en évidence son rôle central dans l’histoire du salut : le bienheureux Pie IX l’a déclaré « Patron de l’Église Catholique », le vénérable Pie XII l’a présenté comme « Patron des travailleurs », et saint Jean Paul II comme « Gardien du Rédempteur ». Le peuple l’invoque comme « Patron de la bonne mort ».

Par conséquent, à l’occasion des 150 ans de sa déclaration comme Patron de l’Église Catholique faite par le bienheureux Pie IX, le 8 décembre 1870, je voudrais – comme dit Jésus – que « la bouche exprime ce qui déborde du cœur » (cf. Mt 12, 34), pour partager avec vous quelques réflexions personnelles sur cette figure extraordinaire, si proche de la condition humaine de chacun d’entre nous… (cf. Lettre apostolique « Avec un cœur de père »)

Ce 8 décembre passé était aussi le jour de l’ordination sacerdotale de Christ Durand Nganabaye et diaconale d’Alain Nzapayeke. Tout allait bien.

Pourtant, à l’entame des échéances électorales du mois de Décembre, notre diocèse n’a pas échappé aux violences, générées par des luttes fratricides, opposant les groupes rebelles CPC ( Coalition des Patriotes pour le Changement) aux forces loyalistes FACA. La tension a atteint son paroxysme avec l’attaque du Camp militaire, le 9 Janvier, par une coalition des Anti-Balaka et des 3R, ce qui s’est traduit par l’afflux de déplacés dans différents sites, tels que : Cathédrale Marie Mère de l’Eglise, Fraternité Saint-Laurent, Couvent Saint Elie, Notre Dame de Fatima, ainsi que les trois séminaires de la Yolé. Nous louons les efforts des uns et des autres qui se sont investis dans l’accueil, le logement et le pourvoi des besoins alimentaires et sanitaires de base envers ces déplacés. Vous avez fait vôtre, cet ordre du Christ « Donnez- leur vous-même à manger » (cf. Lc 9, 13). Aujourd’hui nous pouvons dire : les défis sécuritaires qui ont impacté le quotidien de chaque chrétien, dans notre pays en général, et dans notre diocèse en particulier, ont bouleversé notre programme et bloqué les activités éducatives, administratives, commerciales et autres, mais ils n’ont pas étouffé la charité et l’esprit d’initiatives pastorales adaptées au contexte social (les sites de déplacés).

Nos sentiments de gratitude vont vers tous ceux et celles qui dans un élan humaniste - en particulier les responsables des sites et les différentes ONG et Agences de Nations Unies - ont répondu favorablement aux cris de détresse des déplacés.

La visite du Cardinal Dieudonné Nzapalainga et des autres leaders religieux, qui a coïncidé avec l’arrivée des militaires FACA et de leurs alliés, a donné un souffle nouveau et après le retrait des rebelles, les déplacés ont pu rentrer dans leurs maisons. Dieu a exaucé notre prière. La vie a repris son cours normal, timidement au départ. Avec le concours des uns et des autres, l’administration a repris, ainsi que les activités scolaires et commerciales. Néanmoins, les conséquences de cet arrêt de plus de deux mois se font encore ressentir, particulièrement dans le domaine de l’éducation. De plus, le problème des rebelles n’a pas été résolu mais déplacé à l’intérieur du diocèse, où les gens continuent à subir des exactions et la violence de tous côtés. Nous savons tous ce qui est arrivé à P. Arialdo, protégé par le Seigneur et aux autres victimes malheureuses de l’implantation de mines. Dans l’Eglise, par contre, l’administration des différents sacrements, la Messe Chrismale et la tenue de tant d’autres activités pastorales, éducatives et sanitaires ont été maintenues ou ont repris un rythme normal avec plus d’enthousiasme, excepté dans ces endroits occupés encore aujourd’hui par les rebelles.

Au début de cette période de troubles, le 27 décembre dernier, lors de la Fête de la Sainte Famille, le pape François, après avoir parlé de Marie, Joseph et Jésus, a annoncé l’Année de la Famille :

Le printemps de la vie humaine du Fils de Dieu a germé à Nazareth, au moment où il a été conçu par l’œuvre de l’Esprit Saint dans le sein virginal de Marie. Entre les murs hospitaliers de la maison de Nazareth s’est déroulée dans la joie l’enfance de Jésus, entourée de la sollicitude maternelle de Marie et du soin de Joseph, en qui Jésus a pu voir la tendresse de Dieu (cf. Lettre apostolique Patris corde, 2).

À l’imitation de la Sainte Famille, nous sommes appelés à redécouvrir la valeur éducative de la cellule familiale : elle doit être fondée sur l’amour qui régénère toujours les relations en ouvrant des horizons d’espérance. En famille, on peut faire l’expérience d’une communion sincère quand elle est une maison de prière, lorsque les affections sont sérieuses, profondes et pures, lorsque le pardon l’emporte sur les discordes, lorsque la dureté quotidienne de la vie est adoucie par une tendresse mutuelle et par une adhésion sereine à la volonté de Dieu.

… Il y aura une année de réflexion sur Amoris laetitia, et ce sera une occasion pour approfondir les contenus du document [19 mars 2021-juin 2022].

Au milieu du Carême les prêtres ont pu se réunir pour suivre le programme de la formation permanente et après Pâques, nous avons accueilli, avec joie, deux nouveaux diacres Carmes : Martial KOUMANDE et Jeannot SOUAMA, ordonnés dans l’église du Séminaire Enfant Jésus à la Yolé.

Avec une grande douleur nous avons vécu le départ du P. Mario vers la maison du Père, après une longue période de la lute contre la maladie. Il a accompli sa mission, nous en sommes reconnaissants, et maintenant, nous espérons bien, il nous soutient d’en haut.

Les écoles de catéchistes

En raison de l’insécurité, nous n’avons pas pu rouvrir les écoles des Catéchistes. Pourtant il y avait des candidats pour les deux cycles de formation : le 1er à Bocaranga et le 2nd à Ngaoundaye et Baoro. De ce fait, le nombre de catéchistes n’a pas augmenté cette année. Je saisis cette occasion pour remercier tous les prêtres et sœurs qui ont organisé les sessions de formation des catéchistes au niveau paroissial. Dans certaines paroisses, les femmes de catéchistes ont aussi bénéficié de la formation, ce qui leur a été très utile dans l’accomplissement de leur rôle dans la communauté chrétienne. Je remercie les familles des catéchistes qui, pendant toutes ces épreuves, n’ont pas abandonné les fidèles, en suivant l’exemple des prêtres et des sœurs.

Après avoir écouté les catéchistes qui ont fait la formation dans le passé, ainsi que les formateurs, nous espérons pouvoir commencer la nouvelle année de formation dès le début du mois de novembre, sur la base de la liste des candidats (1er et 2nd cycle) présentée pour l’année dernière. Veillez à bien informer vos candidats à temps. La date précise d’entrée vous sera communiquée plus tard.

Session des Evêques

A la fin de l’année pastorale 2020/2021, nous avons vécu un temps de grâce en accueillant les Evêques de Centrafrique dans notre diocèse, du 21 au 29 juin. C’était un temps de prière, de partage, de formation, mais aussi de rencontres. Je remercie tous les prêtres, sœurs, fidèles, laïcs qui ont travaillé pour les accueillir le jour de leur arrivée et pendant les célébrations dans les paroisses : MME, ND de Fatima, Wantiguera. Je remercie aussi les communautés religieuses qui les ont invités pour partager le repas fraternel : chez les Pères Carmes à St. Elie, chez les Sœurs à Wantiguera et à Maigaro. La visite guidée du Musée des Akotara à St. Laurent et celle du Centre Féminin « Londo mo louti », pendant la sortie culturelle a été fort appréciée. La célébration solennelle en Cathédrale MME, bien préparée et soignée, l’accueil du message des évêques et la rencontre avec les autorités de la ville suivie du repas fraternel, ont constitué le moment central de la Session Plénière de nos Pasteurs. Nous remercions sincèrement tous ceux qui ont travaillé pour préparer cet événement : prêtres, sœurs et fidèles laïcs. Pendant plusieurs jours, nous avons célébré la Messe chez les Sœurs Clarisses, qui nous ont montré tous leurs talents en matière d’animation liturgique, surtout avec la danse simple et belle, puisque priante. Au centre d’accueil les Evêques ont trouvé tout ce qu’il leur fallait pour pouvoir travailler et se reposer convenablement. Grand merci aux Sœurs Clarisses et aux Sœurs du Centre d’Accueil avec l’équipe des employés. Merci à tous ceux et celles qui ont prié et continuent à prier pour les Evêques.

Ce que nous allons vivre – la session diocésaine.

Cette année sera exceptionnelle, du point de vue de la date et du contenu.

Pour la date, nous avions initialement pensé au 15 septembre comme journée d’ouverture de la session et le dimanche 19 septembre, pour la clôture. Cependant, nous sommes obligés de la déplacer à mi-octobre pour être en communion avec les diocèses de Centrafrique et du monde entier pour l’ouverture diocésaine du Synode des Evêques 2023, qui s’étendra, selon la décision du Pape, sur deux ans, et contiendra les phases : diocésaine (octobre 2021 – avril 2022), continentale (septembre 2022 – mars 2023) et universelle (octobre 2023 à Rome). Dans la mesure où les délégations de chaque paroisse et communauté doivent y être présentes, il serait difficile, en ce temps d’insécurité et en tenant compte de l’état des routes, de se déplacer deux fois vers Bouar en un mois.

Pour le contenu, nous retenons les thèmes de la vocation (liés à la famille) et de la protection des mineurs. La plus grande partie de la session sera consacrée au thème du Synode des Evêques 2023 : « Pour une Eglise synodale : participation, communion et mission » et au questionnaire qui sera envoyé en septembre par le secrétariat du Synode. Les réponses au questionnaire devront être envoyées à la CECA avant la session plénière de janvier 2022.

Dans le document (ci-joint) concernant les étapes de la préparation du Synode 2023, vous trouverez plus de précisions à ce sujet.

La session aura donc lieu au mois d’octobre 2021. Vous trouverez le détail du calendrier ci-dessous. Comme chaque année, nous invitons 4 fidèles laïcs (2 adultes H/F et 2 jeunes F/G) avec les sœurs, prêtres, diacres et séminaristes (si possible). Chaque paroisse et communauté sont priées de verser 20.000 FCFA comme contribution.

Nous demandons aux responsables des Commissions Diocésaines de nous présenter le calendrier de leurs activités en vue de leur harmonisation.

Voici le calendrier du début de l’année pastorale 2021/2022

  • Le Jeudi 16.09 - Rencontre des membres du Conseil Diocésain pour les Affaires Economiques.
  • Le Dimanche 19.09 – Ordination sacerdotale de l’abbé Alain Nzapayeke en la Cathédrale MME.
  • Le Jeudi 23.09 – Rencontre des membres du Conseil Presbytéral et des responsables des Commissions Diocésaines.
  • Le 26.09 – Ouverture de l’année pastorale dans toutes les paroisses du diocèse avec le thème du Synode : « Pour l’Eglise synodale : communion, participation, mission» en mettant l’accent sur la participation de la Famille dans le processus de l’éducation chrétienne, l’éveil vocationnel et l’accompagnement des séminaristes. Sans oublier le problème concernant la protection des mineurs, qui fait partie de la mission de l’Eglise et notre souci de rester et travailler en communion avec toute l’Eglise.
  • Du 13 au 16 Octobre – Session Diocésaine. La réflexion sur les thèmes mentionnés plus haut et les réponses au questionnaire synodal.

Je vous demande aussi de prendre en compte le questionnaire diocésain ci-joint qui fera l’objet de notre partage après chaque conférence du premier jour.

Le 17 Octobre – Ouverture de l’Etape Diocésaine du Synode 2023.

En plus, dans notre diocèse en ce même jour du 17 octobre, nous célèbrerons les 25 ans de la Consécration solennelle de la Cathédrale MME.

Comment ne pas remercier le Seigneur, le bienfaiteur et les constructeurs de ce magnifique édifice religieux – LA Cathédrale ?

Quelques nominations et notifications

Le diocèse tient à informer toute sa famille sacerdotale et religieuse de récentes notifications sur le fonctionnement interne du personnel, en l’occurrence, les nominations, les affectations, les mouvements de mobilité pastorale advenus au sein de la dite famille sacerdotale et religieuse.

Nominations :

  • Abbé Firmin Dildom – Secrétaire Diocésain de la Commission Justice et Paix,
  • Abbé Flavien Ning-Higuel – Secrétaire Diocésain de la Commission des Migrants Internes,
  • Abbé Christ-Durand Nganabaye – Secrétaire Diocésain de la Commission de la Liturgie

Départs :

  • L’abbé Stanislas SINGNA Capistran, est envoyé à Rome pour les études en Droit Canonique.
  • L’abbé Placide ZOUNGANA, en partance pour Milan. Paroisse et études.
  • Les 4 Grands Séminaristes iront poursuivre le cycle théologique dans les deux pays respectifs : Rock BAITIA et Nicolas MBOZE à Rome en Italie ; Osiris BEKILAM et Fiacre FINSERAMITIA à Tarnow en Pologne.

D’autres départs sont enregistrés :

Père Valentino Vallarino, OFM Cap., rentré en Italie.

Abbé Mathieu DZIEDZIC nous a quitté pour une année sabbatique. Il va travailler comme fidei donum dans une des paroisses de Paris, quartier Saint Denis ;

  1. Serge MBREMANDJI OFM Cap. pour travailler au Tchad, à Ndjamena, dans la nouvelle fondation des Frères Capucins ;
  2. Serge ONDOUA SDB est envoyé au Cameroun dans une maison de formation ;
  3. Arsène NDOBA SCJ en France ;
  4. Mesmin Dingbedi OCD, pour les études à Rome ;

Sr. Monique IPOUTOU envoyée à Ngaoundal (Cameroun) ;

Sr. Anne Marie KALUMUNA FDM (Bozoum) envoyée en RDC

Sr Marie Séraphine ZAWADI FDM (Bozoum) envoyée en RDC

Sr. Marie Juliette BITIKUNGWA FDM (Ndim) envoyée RDC

Sr Marie Madeleine KWINJA FDM (Ndim) envoyée en RDC

Nous les remercions sincèrement pour tous les services rendus à chaque communauté et au Diocèse.

Avec la joie nous accueillons parmi nous :

Sr Ruth YABINDJI à Bohong ;

Sr Prisca MOKPEGBIA à Bohong ;

Sr Bernadette MALAO à Bouar ;

Sr Chantal BOYZOA à Bouar ;

Abbé Marek Muszynski de retour après le contrôle de santé, à la Procure Diocésaine ;

Abbé Bronislaw (Bruno) Kowalik, curé de la paroisse à Baboua ;

  1. Liévin BAULY BALENGOLE, OFM Cap. au Séminaire des Capucins à Yolé ;
  2. Cyriaque Soumbou, OCD, après avoir obtenu la licence en Théologie spirituelle, au Séminaire Enfant Jésus de Yolé .

……..

Les autres changements et les nouveaux arrivé(e)s, nous allons les présenter pendant notre rencontre diocésaine.

Jubilé d’or des Carmes Déchaux en Centrafrique

Les Frères Carmes fêtent cette année le 50e de leur arrivée en Centrafrique (1971-2021). Après l’ouverture du Jubilé d’or à Yolé, le 10 avril 2021, la clôture est prévue à Bozoum (leur première mission) durant le mois de décembre. Remercions le Seigneur pour cette présence dans notre diocèse et à Bangui.

Je serai hors du diocèse à partir du 11 Juillet jusq’au 28 Août. Le Vicaire Général, P. Marcello Bartolomei, sera présent pendant cette période pour toutes nécessités et urgences, ainsi que le personnel de la Procure : abbé Marek Muszynski et Mr Gilbert Guété.

Que le Seigneur vous bénisse et vous accompagne dans votre service pastoral.

Mgr Miroslaw GUCWA,
Évêque de Bouar

QUESTIONNAIRE DIOCESAIN

  1. Par rapport à la grande ligne pastorale d’Auto-prise en charge donnée l’année précédente : qu’est-ce qui a été fait ? qu’est-ce qui n’a pas été fait ?
  2. Présenter les responsables et membres des commissions paroissiales de la famille ainsi que les activités entreprises au cours de l’année de la famille.
  3. Bilan des autres activités pastorales ordinaires (sacrements, conférences, catéchèse, dévotions à l’Enfant Jésus de Prague), face aux défis sécuritaires.
  4. Comment se présente la problématique des abus, violences et exploitations des mineurs dans votre paroisse ?

CONTACTS: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©2018-2020 Diocése de Bouar - Tous droits réservés.

Compteur de visiteurs

71612
Aujourd'huiAujourd'hui100
HierHier80
Cette SemaineCette Semaine94
Ce MoisCe Mois2229
Tous les JoursTous les Jours71612